J’ai le plaisir de vous présenter ma petite perceuse de précision, une antiquité que j’ai acquise récemment d’un surplus horloger. Il est très possible que cet appareil ait servi de machine à perler plutôt qu’à percer. La voici, en l’état…

↑ Photo n°1 ↑ – La marque m’est inconnue, probablement suisse, numérotée 7614.

↑ Photo n°2 ↑ – Le mandrin accepte des pinces 6mm. Les paliers sont huilés. Il manque un bouchon… j’en tournerai un nouveau.

↑ Photo n°3 ↑ – La potence entière s’ajuste en hauteur et latéralement pour le changement de mèche.

↑ Photo n°4 ↑ – Gros plan sur le numéro et la construction solide de toutes les pièces. Il n’y a aucun jeu.

↑ Photo n°5 ↑ – Détail intéressant : une butée pour limiter la course du plateau.

↑ Photo n°6 ↑ – Après nettoyage intégral, la perceuse est prête à recevoir une nouvelle livrée de peinture noire. J’ai décidé de rester dans le classique, et le noir lui sied si bien 😉

↑ Photo n°7 ↑ – Gros plan sur le mandrin et le tirant.

↑ Photo n°8 ↑ – Voilà, c’est remonté et c’est beau 😀 L’axe tourne aisément dans les paliers bronze, la levée de la table est bien graissée.

↑ Photo n°9 ↑ – Tout est propre dans les moindres recoins. Gros plan sur le collet et une mèche carbure. Il me faudra encore tourner un bouchon pour l’orifice de graissage, comme celui-ci.

↑ Photo n°10 ↑ – Et voilà, c’est fini 🙂 Avec un moteur de machine à coudre et un bâti construction maison.

Une suggestion ? Un commentaire ? Partagez les ici...